Vie du cabinet    |    Edito

Le plaideur

Edito

1 mars 2014

Pendant toute l’audience, l’avocat a tenté d’apporter le meilleur éclairage possible sur tous les éléments du dossier. Désormais, son client attend avec espérance la plaidoirie

Les pirates du droit

Edito

1 février 2014

Divorce en ligne à 250 € TTC ! 20 % de remise sur vos conditions générales de vente ! Les pirates du droit font preuve

Résolutions

Edito

1 janvier 2014

2013 s’est achevée et la trêve des confiseurs nous a donné l’occasion de faire un point sur les 12 derniers mois de notre activité. L’année

Ne rien lâcher

La profession d’avocat est passionnante.victoire

J’adore manipuler les articles de loi, les tordre à mon envie, et convaincre.

Elle peut être aussi, c’est vrai, parfois frustrante, notamment lorsque l’on se frotte à l’Etat.

En novembre dernier, j’ai obtenu trois décisions condamnant l’Etat.

Mes clients avaient été victimes d’un système trop lourd, trop lent.

D’un système protecteur à mauvais escient

Après plus de dix-huit mois de procédure, j’avais enfin gagné !

C’est écrit noir sur blanc : L’Etat est fautif et il doit payer !

Plus d’un an après, mes clients s’agacent que ces décisions ne soient toujours pas exécutées !

Je ne peux pas leur en vouloir. Pourquoi l’Etat ne paye-t-il pas ?

La réponse est simple : les crédits n’ont pas été alloués.

Comment leur faire entendre qu’il n’y a pas de contrainte possible ?

L’Etat n’est pas une personne comme les autres.

Pas de saisie des comptes bancaires ! Pas de saisie des meubles !

Pas d’huissier qui débarque un beau matin au Ministère.

Mes clients payent leurs impôts pourtant. Et la TVA. Et leur taxe d’habitation, et tout le reste…

Et peut-être même leur redevance audiovisuelle.

Alors je multiplie les démarches.

Deux heures à tenter d’obtenir de parler à la bonne personne.

De multiples mails envoyés.

Des promesses entendues.

Ma prochaine étape ?

Saisir le Tribunal pour demander la condamnation de l’Etat.

Et oui, le retard de paiement cause un préjudice à ces gens.

Il va falloir que l’Etat respecte les décisions des magistrats.

Mais je ne lâcherai pas.

L’Etat a des privilèges.

Certes, ils sont justifiés.

Mais ils ne l’autorisent pas à en abuser.

Victoire de Bary
Avocat associé

 

Victoire de BARY