Vie du cabinet    |    Edito

Halloween

Edito

30 septembre 2016

A l’origine, Halloween est une fête celtique qui vient d’Irlande. Il y a environ 3000 ans, le calendrier celte se terminait le 31 octobre et

La bibliothèque

Edito

24 août 2016

Cet été, dans une maison de vacances, je suis tombé sur une bibliothèque remplie de livres de mon adolescence. Je me suis replongé dans quelques-uns

Maître Hydra

Edito

8 juillet 2016

En octobre 2004, Hydra bat le champion du monde des échecs, Ruslan Ponomariov. A ce jour, Hydra reste invaincu contre un humain non assisté en

La peste soit des pesticides !

Edito

31 mai 2016

Elle est toujours très prompte à s’enflammer. Ayatollah du bio, elle a ensuite éliminé de sa vie tous les cosmétiques contenant des perturbateurs endocriniens. Son

Ne rien lâcher

La profession d’avocat est passionnante.victoire

J’adore manipuler les articles de loi, les tordre à mon envie, et convaincre.

Elle peut être aussi, c’est vrai, parfois frustrante, notamment lorsque l’on se frotte à l’Etat.

En novembre dernier, j’ai obtenu trois décisions condamnant l’Etat.

Mes clients avaient été victimes d’un système trop lourd, trop lent.

D’un système protecteur à mauvais escient

Après plus de dix-huit mois de procédure, j’avais enfin gagné !

C’est écrit noir sur blanc : L’Etat est fautif et il doit payer !

Plus d’un an après, mes clients s’agacent que ces décisions ne soient toujours pas exécutées !

Je ne peux pas leur en vouloir. Pourquoi l’Etat ne paye-t-il pas ?

La réponse est simple : les crédits n’ont pas été alloués.

Comment leur faire entendre qu’il n’y a pas de contrainte possible ?

L’Etat n’est pas une personne comme les autres.

Pas de saisie des comptes bancaires ! Pas de saisie des meubles !

Pas d’huissier qui débarque un beau matin au Ministère.

Mes clients payent leurs impôts pourtant. Et la TVA. Et leur taxe d’habitation, et tout le reste…

Et peut-être même leur redevance audiovisuelle.

Alors je multiplie les démarches.

Deux heures à tenter d’obtenir de parler à la bonne personne.

De multiples mails envoyés.

Des promesses entendues.

Ma prochaine étape ?

Saisir le Tribunal pour demander la condamnation de l’Etat.

Et oui, le retard de paiement cause un préjudice à ces gens.

Il va falloir que l’Etat respecte les décisions des magistrats.

Mais je ne lâcherai pas.

L’Etat a des privilèges.

Certes, ils sont justifiés.

Mais ils ne l’autorisent pas à en abuser.

Victoire de Bary
Avocat associé

 

Victoire de BARY